L’investissement durable d’un monde qui change
Lighthouse water pollution 100x900
  • Home
  • Mise à jour hebdomadaire – 6 janvier 2021 – Va-t-on bientôt voir la fin de l’épidémie?

Mise à jour hebdomadaire – 6 janvier 2021 – Va-t-on bientôt voir la fin de l’épidémie?

Blog

BNP Paribas Asset Management
 

Les marchés actions ont commencé la nouvelle année sur une note un peu hésitante. Le scénario central de la fin prochaine de l’épidémie, avec un retour à la normale ou presque d'ici l'été, est remis en cause par des mesures de confinement plus strictes et une campagne de vaccination plus lente que prévu.

L’augmentation du nombre de contaminations devrait entrainer des mesures de confinement plus strictes

Le premier jour de cotation de 2021 a vu les actions américaines enregistrer leur plus forte baisse depuis octobre, l’augmentation du nombre de contamination faisant envisager de nouvelles mesures de confinement plus coûteuses pour de nombreuses grandes économies. L’apparition de nouveaux variants, plus contagieux, du coronavirus au Royaume-Uni et en Afrique du Sud à la mi-décembre risque d’aggraver le bilan humain et économique de la pandémie.

Même si, jusqu’à présent, elles ne semblent pas être plus meurtrières, ces mutations semblent plus contagieuses. Pour dix personnes infectées auparavant au Royaume-Uni, la nouvelle en infecte 15.

En conséquence, pour éviter que les hôpitaux ne soient submergés par une augmentation des admissions, le gouvernement britannique a été contraint de réimposer un strict confinement, y compris la fermeture des écoles jusqu’à mi-février. Hier, l’Allemagne a également prolongé son confinement jusqu’à fin janvier, alors qu’elle se bat pour contrôler la hausse des nouvelles infections. Aux États-Unis, la forte augmentation des cas de Covid-19 et des décès a conduit plusieurs États à imposer de nouvelles restrictions pour permettre aux hôpitaux peuvent faire face.

Jusqu’à présent, seuls des cas sporadiques des variants du Covid-19 ont été constatés dans environ 25 pays, y compris aux États-Unis. Mais c’est probablement parce que, contrairement au Royaume-Uni et à l’Afrique du Sud, la plupart des pays ne font que peu de séquençage génomique pour rechercher de telles mutations.

Distribution des vaccins – moins rapide que prévu

L’objectif des gouvernements est de disposer de vaccins pour plus de 70 % de la population d’ici au deuxième trimestre 2021 (États-Unis, Royaume-Uni et Japon) ou au troisième trimestre 2021 (UE et autres). La vaccination a commencé au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada et dans l’UE en décembre. Toutefois, le rythme actuel est beaucoup plus lent que prévu aux États-Unis et au Royaume-Uni. Au sein de l’UE, la vaccination en France a pris du retard par rapport aux autres membres. Les gouvernements visent à accélérer le rythme de la vaccination des groupes prioritaires aux 1er et 2e trimestres, puis auprès du grand public aux 2e et 3e trimestres. Une plus forte transmissibilité des variants du Covid-19 pourrait impliquer que la couverture vaccinale doive $etre plus élevée que prévu. L’hypothèse de base reste qu’une certaine forme d’immunité collective par vaccination pourrait être atteinte d’ici le 4e trimestre dans les économies développées.

Parmi les marchés émergents, l’offre vaccinale varie selon la taille de la population et les accords bilatéraux.

La Chine, Singapour, le Mexique, l’Argentine, le Chili, les pays émergents membres de l’UE, la Russie, Israël, l’Arabie saoudite, le Maroc, les EAU, Bahreïn, le Koweït, le Qatar et Oman figurent parmi les pays qui ont commencé le déploiement de vaccins. La Chine prévoit de vacciner 50 millions de personnes (3,5 % de la population), y compris les professionnels de la santé, avant le Nouvel An chinois à la mi-février. L’Inde entend vacciner 300 millions de personnes (22 % de la population) dans les groupes prioritaires d’ici août. Israël et le Chili pourraient terminer la vaccination dès le 2e trimestre 2021.

Pour résumer, l’euphorie autour des vaccins a peut-être été prématurée. Il devient de plus en plus clair que, même avec un produit efficace, arriver à vacciner suffisamment de personnes pour atteindre l’immunité collective au niveau mondial va se révéler être une tâche logistique majeure qui risque de prendre plus de temps que prévu.

 Politique américaine – la Géorgie pour stimuler la reflation ?

Le 5 janvier, se sont déroulées les deux élections sénatoriales dans l’Etat de Géorgie, aucun des candidats n’ayant obtenu plus de 50 % des voix lors du scrutin du 3 novembre. L’Associated Press a déjà déclaré une victoire pour le challenger démocrate Raphael Warnock, tandis que les résultats de l’autre élection ne sont pas encore connus.

Une victoire des deux candidats démocrates donnerait le contrôle du Sénat aux démocrates et permettrait qu’un nouveau plan de relance budgétaire massif (aides directes aux ménages, soutien aux petites entreprises et aux chômeurs), soit adopté d’ici le printemps.

Plus tard dans l’année, ou en 2022, un plan de dépenses en infrastructures ou des changements dans le remboursement des soins de santé, financés par des hausses d’impôts, pourraient être votés. Toutefois, des changements législatifs importants hors du champ de la politique budgétaire semblent peu probables. Pour une analyse complète des implications d’une victoire démocrate, voir le point de vue de Mark Allan, notre économiste US.

Les marchés réagissent à la perspective d’une relance budgétaire plus importante

L’impact le plus direct des nouvelles en provenance de Géorgie a été observé sur les titres du Trésor américain. En cours de séance, le rendement du T-note à 10 ans a dépassé 1 % pour la première fois depuis mars (cf. graphique 1 ci-dessous). La courbe des taux américaine s’est pentifiée, l’écart entre les taux à 10 ans et à 2 ans étant au plus haut depuis 2017. La perspective d’un contrôle du Congrès par le parti démocrate avec Joe Biden à la Maison blanche ravive les espoirs de reflation.

Une question cruciale pour 2021 est de savoir si cette reflation restera saine et permettra de financer l’économie post-pandémie ou se traduire par une accélération de l’inflation. Nous (et le marché) penchons pour la première solution. L’économie devrait se redresser et les tensions sur les taux longs rester limitées. Continuez à nous lire pour suivre les évolutions sur le front de l’inflation qui seront cruciales pour les investisseurs en 2021.

Exhibit 1 FRA

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

Sur le même sujet :

Les investissements réalisés dans les fonds sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l’intégralité de leur placement. Les fonds décrits présentent un risque de perte en capital. Pour une définition et une description plus complète des risques, merci de vous reporter au prospectus et DICI des fonds. Avant de souscrire, vous devez lire la version la plus récente du prospectus et DICI disponibles gratuitement sur notre site www.easy.bnpparibas.fr. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.