BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Actualités marché : en période d'incertitude, la dette privée se démarque (à lire ou à écouter)

Outre les incertitudes entourant la conjoncture macroéconomique et les perspectives de politique monétaire, les investisseurs ont bien conscience du niveau clairement élevé des valorisations des marchés cotés. David Bouchoucha, responsable de notre équipe Dette privée et Actifs réels nous présente en détail le profil à la fois alternatif et attractif de la dette privée. 

Écoutez le podcast ou lisez l’article ci-dessous.

Dans des temps incertains, la dette privée se démarque

Historiquement, la dette privée a été synonyme de diversification, de flux de revenus stables et de performances supérieures à celles de la dette traditionnelle liquide, avec des pertes modestes sur le long terme.

Compte tenu des incertitudes actuelles, nous devons nous interroger sur ce que nous savons vraiment. Ce qui est certain aujourd’hui, c’est qu’avec les classes d’actifs conventionnelles qui n’offrent pratiquement aucun rendement (obligations) ou celles dont le prix est proche de leur valeur intrinsèque (actions), la quête de rendement reste le principal défi pour les investisseurs.

Dans ce contexte, la dette privée offre une prime de liquidité intéressante par rapport aux marchés cotés. En outre, la plupart des actifs dans lesquels nous investissons se caractérisent par des taux d’intérêt variables et non pas fixes. En tant qu’investisseurs, nous sommes donc essentiellement exposés au risque de crédit plutôt qu’au risque de taux d’intérêt. Les taux d’intérêt variables offrent une protection contre la hausse des taux d’intérêt.  

Néanmoins, cela ne veut pas dire que notre classe d’actifs est dénuée de risque. Actuellement, l’environnement reflationniste nous amène à vérifier minutieusement les risques spécifiques des entreprises figurant dans notre univers d’investissement. Nous examinons par exemple de très près leur exposition aux prix des matières premières.

Compte tenu de notre processus de sélection et du contexte actuel, nous devons nous assurer qu’une entreprise n’est pas excessivement exposée aux marchés des matières premières. Nous nous intéressons surtout aux segments qui sont les plus résilients.

L’innovation sur le segment de la dette privée

La pandémie de Covid-19 a eu un impact prononcé sur de nombreuses entreprises de notre univers d’investissement et, pour beaucoup, ses conséquences s’inscrivent sur le long terme.

L’innovation se matérialise de différentes manières. Notre processus d’investissement n’a guère changé. Nous continuons à examiner de très près les risques spécifiques auxquels les entreprises sont exposées et la solidité de leur bilan.

Mais l’innovation intervient aussi dans d’autres domaines. Par exemple, lorsque nous investissons dans des prêts (loans), nous pouvons investir dans différentes strates de la structure capitalistique d’une entreprise. Par le passé, nous nous sommes concentrés sur le financement de la dette senior. Aujourd’hui, nous nous intéressons davantage à la dette junior lorsque nous finançons une entreprise ou un projet d’infrastructure.

Nous observons en effet de plus en plus de transactions dans lesquelles les sponsors ne cherchent pas à financer la dette senior ou les fonds propres, mais la dette junior. Selon nous, cette composante de la structure du capital offre des rendements attractifs pour un niveau de risque intéressant en valeur relative pour nos investisseurs.

La valeur relative est au centre de nos réflexions. Lorsque nous envisageons de financer une entreprise ou un projet d’infrastructure, nous nous demandons quelle partie de sa structure de capital est la plus intéressante du point de vue du profil risque/rendement. Nous développons actuellement nos expertises de financement de la dette junior car ce segment connaît une croissance rapide et offre des opportunités de valeur relative très intéressantes aux investisseurs.

L’intégration des critères ESG dans nos processus

Depuis la création de notre équipe Dette privée et Actifs réels en 2017, l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est un élément central de notre processus d’investissement.

Le règlement SFDR[1] change clairement la donne. Il oblige toutes les sociétés de gestion à structurer leur approche et à s’assurer qu’ils se conforment au règlement dont les critères font désormais partie des règles des prospectus régissant les fonds. Le droit contractuel vient donc en renfort de la réglementation. Il s’agit selon nous d’une évolution positive car les sociétés de gestion n’ont d’autre choix que d’adhérer à l’approche d’investissement définie dans le prospectus.

Permettez-moi de vous donner un exemple concret. Dans le domaine des infrastructures, nous nous appuyons sur l’apport d’un prestataire de services extérieur qui calcule la contribution environnementale nette de chaque investissement. Nous pouvons donc comparer le profil environnemental d’un projet spécifique avec le reste de l’univers. Grâce à cet indicateur, nous pouvons même vérifier si un projet est conforme aux modalités de l’accord de Paris en termes d’émissions de carbone.    

Les modalités de SFDR constituent une nouvelle étape d’un parcours qui renforcera et concrétisera juridiquement notre engagement en matière d‘investissement durable.

Exposition sélective dans l’immobilier commercial

L’activité du marché immobilier a été fortement pénalisée en 2020, même si la valeur en capital a relativement bien résisté. Ce marché offre un large éventail d’opportunités. La profondeur de l’immobilier commercial nous permet d’identifier des actifs résilients présentant des valorisations attractives.

Par exemple, l’immobilier logistique est un secteur en plein développement qui offre aux investisseurs un très bon potentiel. C’est un secteur plus solide que d’autres, susceptibles d’être plus vulnérables aux changements provoqués par la pandémie. Les hôtels et les commerces de détail ont particulièrement souffert.

Nous pensons également que les espaces de bureau de choix sont résistants. Cet univers a connu une large réévaluation des prix, ce qui s’est traduit par une sécurité accrue et une augmentation de la valeur relative des actifs.

L’immobilier commercial incarne bien les caractéristiques de la dette privée : il présente des risques mais aussi des opportunités intéressantes pour les investisseurs expérimentés capables d’identifier les emprunteurs les plus solides et de maintenir le risque de crédit à un niveau gérable. Nos équipes sont capables d’identifier les opportunités grâce à leur connaissance fine des facteurs affectant chaque sous-secteur.


[1] Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez Une introduction au règlement SFDR – Investors’ Corner (bnpparibas-am.com)


Please note that articles may contain technical language. For this reason, they may not be suitable for readers without professional investment experience. Any views expressed here are those of the author as of the date of publication, are based on available information, and are subject to change without notice. Individual portfolio management teams may hold different views and may take different investment decisions for different clients. This document does not constitute investment advice. The value of investments and the income they generate may go down as well as up and it is possible that investors will not recover their initial outlay. Past performance is no guarantee for future returns. Investing in emerging markets, or specialised or restricted sectors is likely to be subject to a higher-than-average volatility due to a high degree of concentration, greater uncertainty because less information is available, there is less liquidity or due to greater sensitivity to changes in market conditions (social, political and economic conditions). Some emerging markets offer less security than the majority of international developed markets. For this reason, services for portfolio transactions, liquidation and conservation on behalf of funds invested in emerging markets may carry greater risk.

Publications liées

10:56 MIN
Talking heads - La capacité d’absorption des chocs de la dette d'infrastructure
Pour atteindre la neutralité carbone, une refonte du bâti est indispensable
10:45 MIN
Talking heads - La dette immobilière, à la fois défensive et attractive
Daniel Morris
2 Auteurs - SUJETS D'ACTUALITE