BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Talking heads - La gestion obligataire multisectorielle recèle « un potentiel de valeur gigantesque »

A priori, le durcissement de la politique monétaire des États-Unis et le niveau obstinément élevé de l’inflation américaine ne constituent pas un scénario idéal pour les obligations. Selon James McAlevey, responsable de la gestion obligataire multisectorielle, la question est bien plus large. En cherchant à exploiter un vaste éventail d’opportunités, les investisseurs peuvent bénéficier du fort potentiel de performance ajusté au risque offert par l’allocation active.   

Dans le podcast Talking heads, James évoque les perspectives de la politique de taux d’intérêt et la manière dont, par exemple, les opinions contrariantes à l’égard de la dette des entreprises chinoises peuvent créer de la valeur pour les portefeuilles obligataires multi-stratégies, grâce à une allocation d’actifs flexible et fluide.

Notre publication « Market Weekly », désormais rebaptisée Talking heads, propose aux investisseurs des éclairages précieux sur des sujets qui les intéressent vraiment, une analyse du monde et des marchés sous l’angle de la durabilité ainsi que des entretiens captivants avec des experts en investissement.


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués.

Publications liées

Point hebdomadaire - Les banques centrales resserrent leur politique et le risque évolue
Cette semaine sur les marchés - Dorénavant, l’important c’est les bénéfices
15:32 MIN
Talking heads - La crise géopolitique fait vaciller les marchés obligataires
Daniel Morris
2 Auteurs - Podcast